Tradition ou création?

09 Jan 2020

Les arts de la parole, c'est quoi?

Avez-vous déjà assisté à un spectacle de conte et, en sortant de la salle, vous n’étiez toujours pas certain.e de savoir quel genre d’histoire vous aviez entendue? Eh bien, vous n’êtes pas seul.e!

« Un spectacle de conte peut aussi bien proposer du conte (récit purement imaginaire), des légendes (basées sur du réel), des épopées (longs récits historiques), des mythes (les récits les plus anciens racontant la naissance du monde) et puis aussi, plus récemment, les récits dits de création. » – Petronella van Dijk

La Maison des arts de la parole vous propose donc un petit article pour vous aider à démêler tout ça! Cet article en particulier s’intéressera plus particulièrement aux deux grandes catégories de ce qu’on appelle aujourd’hui l’art du conte: les contes traditionnels et les contes de création.

ligne_moins claire

Le conte traditionnel

Les contes qu’on regroupe sous la bannière des contes traditionnels existent depuis (très) longtemps et ont été transmis de génération en génération grâce à la parole.

Un bon exemple de conte traditionnel est celui de Cendrillon. Bien sûr, plusieurs d’entre nous le connaissons grâce à un certain Walt Disney, mais cette histoire date de plusieurs centaines d’années. Une des plus vieilles versions retrouvées date du IIIe siècle! On la retrouve également dans différentes cultures un peu partout autour du globe, avec des versions de « Cendrillon » au Japon, au Cambodge, en Italie, en Suisse et même de notre côté de l’Amérique, au cœur d’un récit traditionnel abénaquis.

Mais alors, si l’histoire existe déjà, c’est que le conteur ne crée rien? Oui et non. Le travail du conteur qui porte un conte traditionnel en est un de « re-création », d’adaptation. À la manière d’un musicien de jazz, le conteur crée sa propre version de l’histoire, en dégageant d’abord son squelette, que l’on appelle « trame ». Pour garder l’exemple de Cendrillon, on pourrait s’imaginer la même histoire, mais avec un personnage principal masculin (cette version existe, d’ailleurs!)

L’important, c’est que le squelette reste intact! Faute de quoi l’histoire perdrait sa cohérence, sa symbolique, et donc sa force.

squelette

Le conteur qui travaille avec des récits traditionnels n’invente donc pas ses histoires. Il fait d’abord un travail de recherche; en lisant plusieurs versions de l’histoire, il arrive à la décortiquer et à en dégager la trame. Puis, il crée sa propre version, en développant ses propres images mentales autour de l’histoire, qu’il racontera au public à la manière d’un souvenir.

C’est ce travail d’adaptation qui fait qu’un conte traditionnel peut devenir très actuel, puisque le conteur y fait jouer son imaginaire personnel. Plusieurs conteurs et conteuses savent très bien éclater la forme et livrer leurs histoires avec audace, tout en contant uniquement des contes traditionnels.

Quoi!? Un conte traditionnel n’est pas obligé de se dérouler au Moyen-âge? Ben non.

Le conte de création

Quand on parle de conte de création, c’est que l’histoire est créée par le conteur! Ceci dit, le conteur, pour créer son histoire, peut très bien se nourrir de faits vécus, d’événements historiques, ou même de « collectage » d’anecdotes et de souvenirs auprès d’autres personnes. Cela donne lieu le plus souvent à différents types de « récits de vie », qu’il s’agisse de la vie personnelle de l’artiste, ou de celle des autres.

Attention! Conte de création ne veut pas nécessairement dire que l’histoire se déroule à l’époque actuelle. Un conteur ou une conteuse pourrait très bien inventer une histoire se déroulant au Moyen-âge, ou livrer le récit de vie de sa grand-mère, dans les années 1920.

Un conte de création peut aussi être présenté sur scène de manière très « traditionnelle », avec un tabouret et un verre d’eau, alors qu’un conte traditionnel peut faire l’objet d’une mise en scène élaborée, avec plan d’éclairage et bande sonore. Bref, il faut pouvoir différencier le fond de la forme. L’un peut être traditionnelle et l’autre contemporaine, et vice versa.

Hum, c’est un peu mêlant avec des mots. Essayons de façon plus imagée: imaginez tout ce qui est traditionnel comme un carré ou tout ce qui est contemporain comme un cercle!

approche différences

Ah, bien mieux! Alors, la prochaine fois que vous assisterez à un spectacle de conte, saurez-vous dire s’il s’agit de contes traditionnels ou de contes de création?

On vous met au défi!

Retour au blogue

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X