Myriam Pellicane au Théâtre des petites lanternes

20 Oct 2019

Festival Les jours sont contés

Texte: Geneviève Kiliko
Photo: Delphine Machon

C’est au cœur de la fête de quartier des Musées- au parc de l’ancienne-prison Winter- qu’un grand corbeau nous accueille pour nous diriger sur les façades des vieux murs de briques de la prison. De là, nous sommes propulsés dans une ambiance unique, où la lumière des chandelles éclaire nos visages curieux, devant cette femme toute vêtue de noire qui nous invite à nous asseoir sur les chaises dépareillées.

Dans l’intimiste de cette scène, l’histoire nous amène plus encore dans le monde d’un petit garçon qui a perdu sa mère étant jeune. Son père se remaria avec une autre femme, que le jeune homme détestait, et qu’il nomma Madame Fuel. Lorsque son père mourut, il ne put supporter l’idée de rester seul avec cette Madame Fuel et partit donc vers d’autres contrées, à la découverte de nouvelles aventures…

Et c’est ainsi que sa quête débuta; souhaitant devenir chevalier, il croisa sur sa route un manoir, un peu sinistre comme la prison Winter, et s’y faufila tranquillement. Il y fit une rencontre qui marqua le reste de son existence : la rencontre avec une chèvre blanche parlante, une chèvre qui avait jadis été une princesse. Elle lui confia qu’un mauvais sort avait été jeté sur le royaume, et que tous ses habitants avaient été transformés en animaux.

Elle lui proposa de relever le défi qui les sauverait tous : passer trois nuits au royaume en traversant les épreuves qui se présenteraient à lui, dans le silence complet. Au fil de ses péripéties, il démontra courage et détermination.

Sur un ton accrocheur, singulier et humoristique, Myriam Pellicane regarde intensément les spectateurs, et s’arrête parfois pour nous entendre dire le nom des personnages. Le rire des spectateurs retentit sur les murs de l’ancienne prison, à l’écoute de son humour contagieux. C’est avec beaucoup d’entrain que les spectateurs participent à l’histoire. Myriam Pellicane est sans aucun doute une conteuse à revisiter!

Retour au blogue

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X