Maman est un mythe

22 Nov 2019

Nos activités

Texte: Marine Pouyfaucon
Photo: Sophie Jeukens

La Maison des arts de la parole avait été tout habillée de doux et de rondeur cette soirée-là. Dans la lumière feutrée, un peu intimidée, j’ai pris place sur une des chaises placées en cercle autour de la scène. Au centre, un énigmatique « beigne » douillet couleur chair dans lequel on aurait secrètement eu envie d’aller s’installer (moi en tout cas !).

Mais c’est bien sûr Céline Jantet qui y a pris place, nus pieds, dans une tenue simple et dépouillée, habillée d’une dignité et d’une beauté  de femme. Sa voix chaude et puissante a envahi la pièce. Il y avait Céline Jantet… mais pas qu’elle. L’artiste avait emmené dans sa voix et ses mouvements une multitude de femmes que nous avons rencontrées au fil de la soirée, dans le rire, dans la tristesse, dans la colère, dans l’admiration, dans la compassion. L’espace scénique a pris des allures de sanctuaire pour déesses-mères et femmes mythiques de l’accouchement, de la vie et de la maternité, puis de ventre maternel, ou encore de ring témoin de règlement de compte entre futures mères.

Dans un mélange étonnant de puissance et de délicatesse, Céline Jantet nous propose un voyage dans différentes facettes de la maternité, si essentielle à la survie de l’espèce humaine, si banale et si exceptionnelle, si connue et si entourée de tabous à la fois. À travers des récits de vie entremêlés à sa poésie et à de la danse, elle nous livre dans cet espace-temps si petit une vision profonde et complexe d’une expérience de la vie féminine. Elle nous parle des choses vraies, de la vraie vie sans artifice, autant le beau que le cruel et le confrontant.

De temps à autre, sa voix enregistrée, unique ou multiple, diffusée par un système de son à 360 ° nous enveloppait, venant entrecouper sa voix contée. Propos plus crus, autres points de vue, cet autre niveau de voix amenait des respirations et des prises de distance, tout en accentuant la proximité avec toutes ces femmes.

Quand elle a quitté la pièce, le public semblait ému, dans une grande retenue.

Céline Jantet nous a accueillis magistralement dans l’intimité de sa sortie de laboratoire d’une semaine entre les murs de la Maison des arts de la parole. La conteuse, ainsi que la metteuse en scène, la scénographe, la chorégraphe et l’ingénieur-son qui ont collaboré à « Maman est un mythe » ont généreusement échangé avec le public après la représentation. J’ai mieux compris comment elle avait réussi à embrasser de manière aussi large la maternité : imprégnée des ateliers de danse et de collectages de récits de maternité qu’elle a menés pour alimenter son processus de création, elle a choisi de porter ces voix de femmes dans cette création.

Ce spectacle m’a reconnectée à mon incroyable fascination pour les arts de la parole : en partant d’expériences et de récits singuliers, ils s’adressent à toutes et tous et nous touchent de manière universelle. Je garde de cette représentation de Céline Jantet la sensation d’une ode à la beauté et à la puissance de la féminité.

Retour au blogue

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X