Contes, répertoire et classification : un conte en cache bien d’autres!

28 Jan 2021

Les arts de la parole, c'est quoi?

Savez-vous ce qu’est le répertoire?

En conte, on nomme « répertoire » cet « inventaire » de contes, millénaire et gigantesque, qui trouve sa source sur tous les continents et dans lequel les conteurs du monde entier pigent pour nous faire rêver… ou pour nous effrayer!

On en parlait déjà dans notre Petit cours 101 sur le conte, le conte nous rappelle spontanément les récits de notre enfance – Cendrillon, Barbe bleue, la Chasse-Galerie – et des noms tels que Grimm et Perreault. Mais saviez-vous que ni les frères Grimm, ni Charles Perreault n’ont inventé ces histoires? Bien que devenus célèbres pour les avoir popularisées, ils nous ont en réalité transmis une version écrite (et personnelle) de contes que les gens se racontaient déjà de vive voix depuis des générations et des générations! D’ailleurs, saviez-vous que chacun de ces contes existe en plusieurs milliers de versions disséminées à travers le monde? Par exemple, le conte qu’on connaît sous le nom de Cendrillon existe dans toutes les cultures en quelque 2400 versions, dont plusieurs portent un titre différent!

Mais comment savoir qu’il s’agit du même conte alors que tant de détails et de personnages diffèrent d’une version à l’autre?

Désireux de faire la lumière (et un peu de ménage) sur cet univers fascinant, des spécialistes se sont penchés, dès la fin du 19e siècle, sur ce vaste répertoire, afin d’en dégager une classification basée sur des contes-types, soit des catégories basées sur les caractéristiques du récit qui demeurent inchangées d’une version à l’autre. C’est ainsi qu’est née la classification internationale Aarne-Thompson-Uther (ATU), qui organise les contes par types (contes d’animaux, contes merveilleux, facétieux, religieux, etc.) et par thèmes, et attribue à chaque conte-type un numéro spécifique. Par exemple, le conte merveilleux 425C, qui a pour thème « l’époux ou autre parent surnaturel ou enchanté » et pour sous-thème « époux », est mieux connu sous le nom de… La Belle et la Bête[1], avec plus de mille versions telles que Le rosier enchanté (Italie), Le Loup blanc (France), La grenouille enchantée (Allemagne) ou encore Le Serpent-fée (Chine)[2].

La classification internationale Aarne-Thompson-Uther regroupe l’ensemble des contes connus en Europe et si elle inclut plusieurs versions issues d’Asie, d’Afrique ou d’ailleurs, elle n’est probablement pas exhaustive. De quoi donner aux conteurs d’ici et d’ailleurs matière à conter pour plus de mille et une nuits!

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Classification_Aarne-Thompson-Uther
[2] (https://www.surlalunefairytales.com/a-g/beauty-beast/beauty-beast-related.html)

 

Retour au blogue

Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X