Chroniques d’étudiantes | Partie 2

26 Nov 2019

Articles de nos collaborateursFestival Les jours sont contés

Escapade spontanée

Par Mégane Lavoie

Une expérience nouvelle et rafraichissante qui nous offre la chance de rentrer dans une bulle entourant une histoire touchante et captivante : Frédéric Naud, le conteur, a su capter l’intérêt de tous, toutes tranches d’âge, avec des expressions spontanées et des interactions avec le public. Nombreuses ont été les fois où Naud a interpellé le public avec des chansons et des questionnements de tout genre. « Le road-movie du taureau bleu » est une histoire stimulante pour découvrir l’univers du conte.

Pour une première aventure de conte, je dois avouer avoir eu une certaine appréhension au niveau de mon intérêt. J’avais le préjugé que cela allait être long et ennuyant, prenant en compte que nous ne sommes plus habitués de nous asseoir et d’écouter simplement une autre personne raconter une histoire sans soutien visuel ou jeux de lumières. Notre époque / génération est trop plongée dans la technologie et les stimulations. Nous en oublions parfois de revenir aux sources, cette soirée m’a permis de découvrir une capacité que je ne croyais pas avoir : celle d’écouter simplement. Frédéric Naud m’a fait passer par de nombreuses émotions lors de la durée totale de l’histoire, allant du rire à la tristesse, sans oublier l’excitation d’en savoir plus. L’une de ses habiletés que j’ai le plus appréciées, en tant que spectateur, est sans aucun doute sa capacité à entrainer le public dans l’action. Lorsque Naud chante, il fait chanter les spectateurs, lorsqu’il a des questionnements, il n’hésite pas à les poser au public. Il a la capacité de nous faire sentir actifs dans l’histoire alors que nous sommes assis sur une chaise en face de lui.

L’histoire du jeune Cédric est remplie d’amour, de leçons et de thèmes percutants et touchants. Le jeune homme est en amour avec une jeune fille de son école, qu’il tente d’impressionner lors d’un tournoi de baby-foot. Il tombe encore plus sous son charme, même si cela semble impossible de l’être plus, lorsqu’il apprend qu’elle a, elle aussi, une tante au foyer Arc-en-ciel. Arc-en-ciel est un foyer accueillant des personnes atteintes de déficience intellectuelle, le foyer les héberge et leur offre un endroit où ils peuvent être qui ils sont. Cédric apprend donc que son coup de cœur passe une nuit par semaine au foyer, il voit cela comme une opportunité de se rapprocher d’elle. La tante de Cédric, Domino pour les intimes, adore recevoir la visite de son neveu. Alors, lorsque ce dernier vient passer la nuit au foyer, Domino est très emballée. Lors d’une crise de la tante de la jeune fille, Cédric fait une drôle de promesse à la tante : il lui promet de faire un voyage, un « road trip » jusqu’à la mer. Le moment fatidique arrive, en pleine nuit, c’est l’heure de partir à l’aventure! Tous se retrouvent à l’étroit dans un minibus « emprunté » au foyer, prêts à partir. Ils rentrent la destination dans le GPS et c’est parti. Parfois à droite, parfois à gauche, la route est longue, mais la motivation de liberté et d’aventure les guide tous. Après un certain temps, il est évident qu’ils ne vont pas dans la bonne direction. Ils sont donc deux adolescents accompagnant des adultes déficients perdus et dans un minibus « emprunté sans permission » au foyer Arc-en-ciel.

L’œuvre livrée par un artiste incroyable est captivante. La façon d’aborder le sujet de la maladie mentale avec une telle légèreté n’est pas chose facile pour tous. Pourtant, l’auteur de cette histoire y est parvenu, il a fait d’un sujet sérieux trop souvent surexploité et mal expliqué un sujet d’arrière-plan qui rajoute un simple plus à l’histoire sans être mis au centre de l’intrigue. De plus, la richesse et l’exactitude des informations fournies par le conte à ce sujet semblent être le résultat d’une bonne connaissance du sujet, ce qui rajoute une touche de réalisme au récit. L’incorporation de la légende du taureau bleu s’est faite de manière naturelle, lors du souper au sein du foyer Arc-en-ciel. De plus, le côté mystérieux de la légende apportait un plus au niveau du thème de liberté et d’aventure touché dans ce conte.

Pour conclure, « Le road-movie du taureau bleu » est le conte parfait pour s’initier au monde du conte, le comble est de se le faire conter par Frédéric Naud, qui sait aller chercher l’intérêt de toutes personnes présentes dans l’auditoire. Il est difficile de ne pas se laisser emporter dans le récit et d’attendre avec impatience de découvrir la fin de l’aventure. Je souhaite donc à tous d’avoir la chance d’assister à un conte afin de s’offrir une pause au calme dans un quotidien rempli de technologie et de stimulations.

Retour au blogue

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X