Celle qui avait une plume

24 Oct 2019

Festival Les jours sont contés

Texte: Claire Jean
Photo: Sophie Jeukens

Dans la tête de Julie Boitte

Sous des allures de douceur et de délicatesse, Julie Boitte nous transporte dans son imaginaire déjanté en tirant sur un fil et un autre jusqu’à nous détricoter une histoire qui nous mène au cœur de l’âme humaine. Elle a une façon unique de s’approprier un conte en jouant avec le déséquilibre. Le jeu de la répétition de la même situation permet de saisir les méandres d’une personne en mal de vivre, sur le bord de la psychose. Pas de cris, pas de pleurs, mais beaucoup de retenue, de contrôle. On est dans l’absurde du mal-être.

Dans un monde qui compartimente et pose des étiquettes sur l’humain, l’enfant nu sous la table qui mange des grains de dindon et rencontre un sage est en droit de se questionner sur son identité et celle du sage quand il demande : Es-tu un homme ou un dindon? Et le sage de répliquer : « tu peux t’habiller comme un garçon, mais être quand même un dindon » suivi d’un poème magnifique qui répète comme une litanie : Tu ne ressembles à personne…

Des histoires comme celle du jeune autiste ou encore l’histoire qui se passe dans l’aile d’une résidence/hôpital où le plancher en « linoléum » devient prélart en bon québécois et le conte de Ben le berger qui vit le jour sur la colline et la nuit sous la colline avec les fées jusqu’à choisir de vivre dans l’autre monde. Tous ces contes révèlent la faille en chacun, chacune qui peut mener au déséquilibre de l’esprit. Ce sont des réalités contemporaines bien vivantes et Julie plonge allègrement dans la faille en passant d’un monde à l’autre avec le fil ténu de la délicatesse. Elle chante avec une voix d’ange, elle récite des poèmes avec un souffle empreint de vérité et elle est habitée par un rythme intérieur saccadé, presque murmuré par moments.

Dans la tête de Julie Boitte, il y a des histoires, des enfants et une plume. C’est sûrement une plume de chouette puisque comme l’oiseau de nuit, Julie Boitte scrute le monde avec intensité.

Retour au blogue

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X