par Marise Robillard
photo: Fabrizzio Be Barelli

18:34, les premiers spectateurs arrivent. Plus d’une trentaine viendra assister à ce spectacle présenté au Centre de Foires de Sherbrooke, pendant cette fin de semaine du Salon du Livre, majoritairement des adultes. 

Catherine Gaillard, je ne la connaissais pas, ne l’avais jamais entendue. Les histoires choisies étaient parfaitement adaptées au lieu, malheureusement une peu trop bruyant, passant et à l’éclairage peu impressionnant. Un géant, gigantesque parmi les géants, enjambant les Alpes, un bossu chanceux (le contraire existe-t-il?), et Manière d’innocente, dont le nom en dit beaucoup sur sa raison, pas encore tout à fait perdue… Mais, ô combien loin d’être retrouvée!

De tout ce que j’ai vu et entendu, ce qui m’a impressionné le plus, c’est la facilité avec laquelle Catherine, sans même forcer la voix pour couvrir le bruit de la ventilation, a réussi à nous amener avec elle dans la poche du géant… À nous faire vivre les mouvements, voir les détails…

Et la voix des personnages… Si juste. Si aisément juste. Un régal pour mes oreilles! Merci.