par Jean-Sébastien Dubé

Le samedi 27 septembre dernier, Stéphanie Bénéteau a tissé sa toile à la Maison des arts de la parole. Vive et intelligente, elle a tricoté les fils des histoires de Persée, bien sûr, mais aussi de sa mère Danaé, de la terrible Méduse que le héros vaincra avec l’aide des dieux, de la belle Andromède dont il tombera amoureux, d’Acrisios, son grand-père, rendu fou par une prophétie… Avouons que j’étais conquis d’avance, tant par le thème que par cette magnifique artiste que j’affectionne particulièrement.

Pour les férus de mythologie grecque, il y avait le plaisir trop rare de goûter ces histoires fondatrices racontées en toute simplicité. Pour les néophytes, il y avait la chance de se laisser guider par la conteuse dans cet univers riche et complexe. Mon fils de 9 ans a presque tout capté. C’est que Stéphanie prend soin de son public : elle donne juste assez d’information, fait des apartés, ne présente que les personnages qui seront utiles au récit. Par exemple, elle part de constellations familières pour nous faire entrer dans ce monde fascinant puisque « Nos histoires sont écrites dans le ciel… » Des douze dieux de l’Olympe, elle ne nous familiarise qu’avec Zeus, Poséidon, Athéna et Hermès, protagonistes essentiels au mythe.

Loin d’antiques statues pétrifiées, les héros et les créatures mythiques prennent vie et s’animent par la verve agile et le bagout de la conteuse. Quand Persée part en quête, chaussé des souliers ailés d’Hermès, Stéphanie s’envole avec lui. Elle s’amuse ferme à incarner toute cette galerie de personnages, qu’il s’agisse des inquiétantes Grées, qui n’ont qu’un œil et une dent pour trois, des nymphes impudiques, de tyrans belliqueux ou de soldats moqueurs. Des gestes subtils, esquissés, suggèrent et laissent travailler l’imaginaire… Gageons que l’œil espiègle du metteur en scène Alberto Garcia Sanchez n’y est pas tout à fait étranger.

L’histoire s’achève en une gerbe d’étoiles filantes, trop vites passées. On reste éblouis. Comme Danaé et Persée, on gardera longtemps dans les yeux et le cœur des taches de lumière.