par Marine Pouyfaucon

Des corbeilles en osier et une vieille chaise, de la laine en tout genre et à tous les stades, un véritable rouet ancestral, un fuseau, une ceinture fléchée, une écharpe tricotée, une tenture brodée… La conteuse à l’énergie débordante nous a accueilli dans son univers moelleux et chaleureux, tout en textile naturel et coloré.

Aussitôt qu’Eveline Ménard est entrée sur la scène, elle pétillait de partout et dans tous les sens! Elle a commencé par nous livrer généreusement les secrets du filage artisanal de la laine. C’est sorti spontanément de la bouche d’une enfant : « Ca a pas l’air facile en tout cas ». Avec Eveline, pas de trucage : c’est en direct qu’elle a cardé puis filé la laine de mouton, le nuage brut s’est transformé sous les yeux émerveillés des petits comme des grands en un fil de laine comme on le connait. Une fois la démonstration faite, nous étions prêts à chanter et à mimer tous ensemble la chanson de la laine. Après le voyage dans le temps, la conteuse nous a emmenés ailleurs avec l’histoire du prince qui voulait épouser la fille d’un agriculteur. Grâce à l’aide de ses vieilles tantes fileuses, elle a réussi à relever les épreuves pour épouser le prince.

Eveline Ménard n’a jamais laissé très longtemps son public muet et assis immobile sur son coussin ou sa chaise. On a frappé des mains au son de la flûte enjouée grâce aux doigts habiles d’Eveline. Dans la comptine suivante, les enfants et certains parents ont eu la surprise de découvrir que la chèvre et le lapin aussi nous offraient leurs poils à tricoter! Une autre mélodie de flûte et deux contes de randonnée à répondre plus tard… place à l’expérience! Chaque enfant, accompagné de son parent, a eu le grand plaisir de fabriquer une balle de feutre, à partir de laine brute de mouton et d’eau savonneuse.

Petit à petit, les familles sont sorties de la salle, le sourire aux lèvres et la balle à feutrer roulant toujours précieusement entre les paumes des petites mains. Je m’attendais à venir assister à un spectacle, et je suis ressortie avec la sensation d’avoir participé à une fête musicale et contée, toute tissée de magie et de quelques savoir-faire ancestraux, qu’on est pas prêts d’oublier.