par Evelyne Papillon

Le Cercle des conteurs des Cantons de l’Est explore la folie et la sagesse.

Josée Courtemanche personnifie un poisson qui accorde des souhaits, un pêcheur (trop) accommodant et sa femme jamais satisfaite. Que se passe-t-il lorsque l’on a tout ce qu’on désire? C’est ce que Josée nous fait voir dans une escalade comique.

Véronique Suzanne joue du tambour pour ponctuer son récit racontant le temps des premiers hommes, l’apprivoisement du feu et les débuts de l’agriculture. À l’aide d’un aigle, le héros poursuit son voyage éprouvant et change le destin de son peuple.

Simon Venne-Landry, fascinant, nous amène dans un monde de géants et de fous chanceux à la naissance et malchanceux passé la puberté, les Lucky. Sa gestuelle nous fait bien sentir l’immensité de l’environnement. On rit de malaise par moments, la folie prenant des visages parfois laids, mais toujours fascinants dans une famille de forgerons.

La touchante Christine Bolduc nous raconte l’histoire de Floriant, le fou de la communauté. Cet être de cerfs-volants et d’habitudes poétiques –  comme tirer les rayons du soleil – sera menacé par l’arrivée de la Banalité et de la Méchanceté. La conteuse nous laisse sur un air de fado bien senti.

L’impayable Christine Pageault raconte son périple en Gaspésie où elle doit faire face à un tunnel secret avec des feuilles mortes-vivantes, faire un tour de pigeon voyageur qui facture les grammes excédentaires et voyager par baleine transatlantique.

Lors de la finale, les conteurs nous saluent de dos, laissant leur folie prendre le dessus.