Par Evelyne Papillon
photo: Aurélien Marsan

Le spectacle qu’il nous est donné de voir est la conclusion d’une résidence de création. Il s’agit donc d’une première version d’un spectacle qui sortira à l’automne 2017. François Lavallée, de Montréal, et Achille Grimaud, de Bretagne, jouent sur leurs différences culturelles. M. Lavallée demande à son acolyte : « Vous, les Français, par rapport à qui vous vous sentez inférieurs? »

Dans une salle remplie à guichet fermé pour la troisième fois du festival, nous découvrons leur belle sensibilité, leur humour et leur poésie. Ils racontent côte à côte leurs souvenirs d’enfance et leur pays. Tout cela joint par une profonde affection pour le western. Nous avons droit à un doublage rigolo d’un cowboy à l’air sévère de la part de M. Grimaud; un métier qu’il pratique dans son pays. Un fond sonore de circonstance s’ajoute à l’ambiance de certains contes. M. Lavallée joue même de la guimbarde pour accompagner son comparse.

La complicité des conteurs et leur belle présence sur scène réjouit. Les textes sont fluides, précis, jolis. Il y a un côté un peu éparpillé dans les types de textes choisis. Cela fait en même temps le charme d’un tel exercice : on peut aller de Val-d’Or à la campagne bretonne, dans un bar moderne, dans un lac à huard et jusque dans la cour arrière lors d’un premier baiser. Enfin, les conteurs ont eu la générosité d’offrir une période de questions et commentaires au public. Plusieurs créateurs dans la salle se sont montrés inspirés par cette rencontre.