du 12 au 22 octobre 2017



Histoire

L’histoire du festival Les jours sont contés en Estrie commence en 1993, au Carrefour de solidarité internationale (CSI), alors qu’un festival de conte est créé dans le but de valoriser diverses cultures. C’est là que Petronella Van Dijk, engagée au CSI à titre de bénévole, découvre l’art du conte. C’est un véritable coup de cœur; le point de départ d’une grande aventure.

En 2001, alors que le CSI s’apprête à laisser tomber le festival, Petronella, qui en a assuré bénévolement la direction artistique durant huit ans, propose de le reprendre. Elle fonde donc un organisme à but non lucratif pour le chapeauter. Au fil des ans, Productions Littorale (aujourd’hui la Maison des arts de la parole) prend son envol, développant sans cesse de nouvelles activités afin de mieux faire connaître le conte et la littérature orale dans la région de l’Estrie, toute l’année durant.

Caractérisé par son esprit convivial, profondément humain, le festival a présenté son lot d’habiles conteurs, qui ont su donner naissance à d’intenses moments de partage. Parmi les voix qui ont marqué l’histoire du festival, Jihad Darwiche et Guth DesPrez, complices fidèles et grands hommes de parole, sont assurément de ceux qui ont laissé leur empreinte. Sans oublier Vittorio Fiorucci – l’homme derrière l’image de la mascotte Juste pour rire – qui a fait au festival le cadeau de son grand talent, en réalisant de nombreuses affiches pour l’événement.

En octobre 2012, le festival Les jours sont contés en Estrie devient le premier festival de conte au Québec à fêter sa 20e édition.

Mais il n’a pas oublié ses racines : toujours marqué d’un caractère multiculturel, il présente chaque année des artistes du Québec, du reste du Canada et de l’étranger, qui content en français, en anglais et en espagnol. Et chaque automne, depuis maintenant 23 ans, c’est à travers toute la région estrienne qu’il fait voyager la parole conteuse.