La poudre d'escampette

Réfectoire du centre d'art de Richmond
1010 rue Principale Nord, Richmond

La nature des choses est la réserve du désir.
(Mohammed Iqbal)

C'est dans les histoires, comme dans les rêves, que tout est possible; ça en fait vraiment le terrain idéal pour ficher le camp, mettre les bouts, déguerpir. Pour être capable de voir les choses de près, le mieux à faire est de prendre du recul : s'offrir de considérer le monde comme jamais on ne l'a vu, par le prisme du décalage.

Apparition, disparition : il s'agit d'éprouver, d'essayer corps et âme les invraisemblances et les extravagances, l'héroïsme, la misère et la tendresse; rien ne sert de savoir, mieux vaut connaître : en un instant visiter la réalité merveilleuse.

Didier s'aventure avec foi et insolence sur les territoires improbables de contes saugrenus ou mystérieux, au cœur desquels on sent vaguement que quelque chose nous concerne de près.

Allons voir, ensemble, comme dit la Huppe dans l'histoire des Oiseaux : "je meurs du désir d'y aller, et je ne peux y aller sans vous". Les mots qui donnent à entendre le silence, le corps qui danse, l'intrigue qui se noue et zou! on change tout.

Et si vraiment on a du mal, si on est englué, coincé, retenu, on aura recours, puisque tout est possible, à la Poudre d'Escampette.

16 octobre 2015, 20h
12,50$

Crédit photo: Maia Pons