Par Jade Bourgeois

La deuxième journée du Festicourt fut haute en couleur et en événements. Après Ruelles, un spectacle présenté dans les rues du centre-ville de Sherbrooke, les festivaliers ont été invités à la Maison des arts de la parole pour le traditionnel Slam de contes. Un incontournable depuis déjà plusieurs éditions, le Slam de contes a une fois de plus ravi jeunes et moins jeunes et fait salle comble.

La formule, toute simple, est conviviale et chaleureuse. À tour de rôle, douze conteurs et conteuses ont bénéficié de cinq minutes pour charmer le public et l’envouter avec des histoires toutes plus belles les unes que les autres. Après chaque prestation, des notes étaient attribuées par cinq juges choisis au hasard au début de la soirée. La compétition fut serrée et les notes descendirent rarement en dessous de huit sur dix, indice de la grande qualité des récits entendus et du talent des orateurs et oratrices.

La gagnante, Christine Bolduc, a eu l’honneur de mériter un quinze minutes complet à la fin du Slam de contes pour raconter une autre histoire, au plus grand bonheur des spectateurs. La conteuse, assez théâtrale, a une fois de plus conquis son public.

Le public, d’ailleurs, était parfait! Les habitués profitaient du moment nu-pieds, comme les conteurs, tandis que les nouveaux (comme moi!) se laissaient séduire par la magie du Festicourt. Les récits nous ont transportés de l’Inde à la Gaspésie, en passant par un monde extraterrestre et de nombreuses autres époques. Sorcières, loups, poisson-chat et personnages rocambolesques se sont succédé pour nous amener dans nos rêves et ceux des conteurs et conteuses. Même le Bon Dieu est venu faire un tour! Mon coup de cœur : Aurélien, qui habite tout l’espace de la scène pour raconter son histoire, et les performances surprenantes de trois nouveaux venus, Delphine, Gaby et Jacynthe.