Par Charles Dubé

Dimanche soir, le salon de mon humble appartement du centre-ville de Sherbrooke s’est transformé en véritable caverne d’Ali Baba, si tous les trésors et richesses de celle-ci étaient remplacés par… la magie du conte. D’accord, je l’admets, c’était une transition très boiteuse pour vous parler des soirées Dans ton salon, présentées dans le cadre de la campagne de financement 2018 de la Maison des arts de la parole de Sherbrooke (MAP). Quatre soirs d’affilée, la Maison a pris d’assaut les salons de quatre chanceux avec des conteurs et des passionnés de cet art ancestral. Ma colocataire, la charmante chargée de projet en communications de la MAP et moi-même avons eu le privilège de recevoir la quatrième et dernière soirée de cette série, consacrée entièrement aux contes des Mille et une nuits.

C’est un public assez impressionnant que l’on a pu asseoir sur nos divers divans et coussins étalés un peu partout, un public qui buvait les paroles des quatre conteuses que nous avions la chance de recevoir. S’échangeant les différentes parties du récit, celles-ci ont su nous transporter dans un univers fantastique de royaumes et d’oasis peuplées de génies. Nous avons tous pu constater leurs talents de conteuses et la passion qu’elles ont vis-à-vis ce métier. Je n’étais pas familier avec les contes des 1001 nuits, ce fut donc une expérience d’autant plus passionnante pour moi. L’instant d’une soirée, les simples mots de quatre femmes extraordinaires ont eu le pouvoir de transformer mon salon en désert du Moyen-Orient, et ça, c’est une force que je ne connaissais pas au conte. C’était ma première expérience avec la MAP, mais certainement pas ma dernière.