La maison

La Maison des arts de la parole (anciennement Productions Littorale) est un organisme culturel qui se consacre à valoriser et à diffuser les arts de la parole, retissant le fil d’une tradition orale millénaire pour en visiter les plus contemporaines expressions.

Elle présente régulièrement des spectacles de conte pour les petits et les grands, et des spectacles de poésie performée, dans l’ambiance chaleureuse de sa petite salle du deuxième étage, située au cœur du centre-ville de Sherbrooke. En parallèle, elle orchestre chaque année deux festivals : le festival de conte Les jours sont contés, événement d’envergure qui se déploie à travers toute l’Estrie, présentant des conteurs d’ici et d’ailleurs; et, depuis tout récemment, le festival du texte court, consacré aux formes littéraires et performatives brèves.

Souhaitant participer au développement du conte et des arts de la parole au Québec, elle met sur pied, à l’occasion, des activités de réflexion sur le conte et offre chaque année des formations destinées aux artistes professionnels ou émergents de partout au Québec. Parce qu’elle croit à la valeur pédagogique et à la portée sociale des arts de la parole, elle offre également des activités dans la communauté, notamment en milieu scolaire.

 

histoire

C’est en septembre 2012 que naît officiellement la Maison des arts de la parole. Or, son histoire commence réellement en 2002, année de fondation de Productions Littorale. On peut même la faire remonter jusqu’en 1993, année de la toute première édition du festival de conte Les jours sont contés en Estrie, dont Petronella Van Dijk, fondatrice de l’organisme, était déjà directrice artistique. Car Productions Littorale a d’abord été créé dans le but de maintenir ce festival, né entre les murs du Carrefour de solidarité internationale. En 2001, alors qu’un changement d’orientation au CSI menace la survie de l’événement, Petronella propose de le reprendre. Pour y arriver, elle crée un organisme culturel qui s’emploiera à faire connaître la littérature orale, et plus particulièrement le conte, auprès du grand public.

Au fil des ans, de nombreux cafés, bars et bistros de la région ont résonné au son de la parole conteuse, grâce au travail acharné de Productions Littorale et de son infatigable fondatrice et directrice générale. Quant à la petite salle du deuxième étage – longtemps connue sous le nom de salle de Littorale – elle a accueilli bon nombre de spectacles de conte, mais également de spoken word, de chanson traditionnelle et de chanson à texte, ouvrant ses portes à la littérature orale, sous tous ses visages.

Au fil du temps, plusieurs projets audacieux germent dans l’enceinte de Productions Littorale. En 2006, le spectacle Mêle-moi de tes affaires, présenté au Théâtre Granada, met en vedette cinq hommes et femmes d’affaires de la région de l’Estrie, qui s’aventurent dans l’art du conte, sous les conseils de conteurs de la région. Il y a aussi Sur le chemin des contes, un spectacle lors duquel cinq conteurs issus de communautés culturelles présentent, dans leur langue maternelle, un conte ensuite repris en français par un enfant estrien de même origine. (Ce spectacle a fait l’objet d’une publication aux Éditions Planète Rebelle).

S’il s’est d’abord adressé au public adulte – s’attaquant au stéréotype qui veut que le conte soit réservé aux enfants – l’organisme met également sur pied, en 2009, des spectacles de conte pour les petites oreilles. Mais bien que le festival de conte Les jours sont contés demeure, encore aujourd’hui, sa principale activité, sa mission a tôt fait de s’étendre au-delà des spectacles.

Dans un contexte où le milieu du conte fait face à de nombreux questionnements, depuis sa résurgence au Québec dans les années 80, l’organisme mène, de façon ponctuelle, des activités de réflexion sur le conte. Ainsi, la Rencontre Internationale tenue en octobre 2009 permet à une cinquantaine de conteurs de partout à travers le monde de discuter et d’échanger sur leur art. Sous l’impulsion d’un partenariat avec le Centre méditerranéen de littérature orale, un centre de documentation et de formation sur le conte situé en France, l’organisme développe également son propre programme de formation.

En septembre 2009, Marie Lupien-Durocher, jeune conteuse émergente, se joint à l’équipe de Productions Littorale. Elle en prend la direction générale en novembre 2011, alors que Petronella Van Dijk conserve la direction artistique. Sophie Jeukens, pour sa part issue de la scène du slam et de la poésie performée, se joint à elles à l’automne 2011, et prend la direction des communications.

Le 31 août 2012, Productions Littorale prend officiellement le nom de Maison des arts de la parole. À la lumière de ce nouveau nom, dans un juste équilibre entre renouveau et continuité, l’organisme souhaite, plus que jamais, explorer les diverses formes que peut prendre la parole partagée. Quant au mot maison, clin d’œil à ce qui fut l’espace privilégié des veillées de conte d’antan, il témoigne bien de la chaleur humaine et de la convivialité qui le caractérisent si bien.

 

équipe

Marie Lupien-Durocher / Directrice générale

Sophie Jeukens / Directrice artistique

Petronella Van Dijk / Coordonnatrice du volet formation

Audrey Bacon / Chargée de projet en communications