par Serge Lapointe
photo: Audrey Bacon-Giffard

20 octobre. Second 5 à 7 du festival. Vendredi, fin d’après-midi. Bistro Kaapeh. La semaine est terminée. Les conteurs vont-ils nous libérer du poids de notre labeur quotidien et nous permettre d’entreprendre sur une bonne note notre congé hebdomadaire? Le café est bruyant. Les conteurs s’échauffent. La table est mise pour un succulent festin de mots.

Au buffet ce soir, un menu soigneusement mijoté par Simon Gauthier et Didier Kowarsky, qui nous offrent des plats de toutes provenances : une vieille toute en sucre et son vieux tout en sel; Rose, qui cultive l’Espérance d’une vie meilleure; le maître Zen; deux yeux et ses neuf vérités; le cinquième rêve; la création de Yetzi; la chasse-galerie revisitée, etc.

Et pour le dessert, le micro libre nous amène des contrées du Québec avec le bûcheron Ti-Jean et François le bossu, jusqu’à Rennes où les sages rencontrent leur premier hiver.

Le repas littéraire terminé, c’est le cœur et l’âme nourris de mots et bien repus que nous repartons, emportant avec nous toutes les saveurs venues nous faire oublier le goût parfois amer de notre menu de tous les jours. Voilà une soirée qui commence bien!