par Jean-Sébastien Dubé

Il était en forme le Michel Faubert le 21 mars dernier… Il était même multiforme. Peut-être que c’est d’avoir parlé de collectes avec lui toute une fin de semaine, de l’avoir entendu évoquer tous ces informateurs qu’il affectionne tant… Peut-être que c’est de savoir qu’un conteur qui a appris ses histoires à l’oral entend souvent dans sa tête ceux de qui il les tient… Il m’a bien semblé que le Charbonnier s’exprimait avec plusieurs voix ce soir-là.

Il était Faubert (sa voix nasale, traînante, son visage de chouette ne changeaient pas), mais gageons qu’il attrapait sans doute un peu de l’élocution et du débit de son père quand il nous contait « Le miroir », seule histoire qu’il ait jamais appris de son paternel. Chose sûre, il avait un peu de la voix sèche du gaspésien Léon Collin (entendu sur bande sonore) quand il contait Adèle « La Mensongère » et chantait la « Complainte d’un jeune bûcheron mort aux États-Unis ». S’il n’a pas pris l’accent acadien, il en avait peut-être la musicalité quand il a conté et chanté la bouleversante « Pimprenelle » (« L’os qui chante » des Grimm). Il aurait même pu ressembler à un barde gallois du VIe siècle, lorsqu’il nous a chanté « La vieillesse » ou conté la légende de la ville d’Ys. Évidemment, il est carrément devenu son maître, Ernest Fradette, quand il a repris « L’eau qui rajeunit à l’âge de 15 ans » ou « L’homme qui va vêler ». On aura cru percevoir l’énergie de Jean-Paul Guimond de Wotton quand il s’est attaqué à la très coquette « Prenez garde au feu »…

Bien sûr, toutes ces facettes font partie de l’artiste. Il en est l’amalgame.  Pourtant, quand il raconte ses contes de création, il m’apparaît dans un autre registre; le sien propre. De voir Faubert dans un spectacle uniquement composé de récits et de complaintes collectées permettait de le découvrir pluriel, comme dans autant d’éclats d’une image fragmentée.

Le spectacle s’est achevé en rappel par une chanson collectée chez Marie-Rose D’Amour.  Et, oui, Faubert nous y a révélé son côté féminin…  Une douceur, une fragilité dans la voix et l’on pouvait presque entrevoir la vieille dame depuis longtemps partie.