Machintruc

138, rue Wellington nord, 2e étage, Sherbrooke
« Machintruc » raconte la genèse de l’objet dans la vie des hommes. A l’origine les Machintrucois vivaient sans objets, sans bidules. Jusqu’au jour où à la faveur d’une insomnie, un Machintrucois imagine, invente, fabrique une sorte de chose qui a été appelé un Truc. Et voici le premier Truc créé ! Posséder un Truc est très excitant, mais encore faut-il en connaitre l’usage et apprendre à vivre avec lui. « Machintruc » présente une réflexion sur la relation avec l’objet dans nos sociétés : la consommation, l’obsolescence programmée, le fétichisme, etc. Dans un deuxième plan « Machintruc » raconte l’histoire d’une ville imaginaire et c’est aussi la notion d’histoire qui fait part du sujet de ce conte. La notion d’histoire n’est valide que dans le mouvement, le changement. L’histoire est une bête qui bouge, c’est un parcours, un voyage avec des tournants parfois inattendus. Si j’arrêtais l’histoire de Machintruc dans n’importe quel moment en disant que les choses sont restées fixées pour toujours et que le voyage est arrivé à Terminus, ce serait comme nier le principe qui fait de l’histoire une histoire. Cette notion d’histoire me semble très importante, surtout aujourd’hui où les grands problèmes qui harcèlent l’humanité et la planète sont présentés comme « inévitables » et « sans alternative » L’histoire est en mouvement et puisqu’elle bouge, elle nous invité à regagner la place publique. Dans l’histoire de Machintruc un tournant nous attend ! 13 juin, 20h 15$ adulte | 10$ étudiant  
Machintruc