Texte par Audrey Bacon
Photo par Jean-Claude Lefebvre

Ça s’est passé un vendredi soir en pleine tempête de neige. Les flocons, gros comme des deux piastres, avaient enseveli la maison du conteur. Par chance, l’accès y était encore possible grâce à une traverse plus tapée que les autres. Une fois toute la compagnie arrivée, le sous-sol chauffé au bois avait maintenant assez de chaleur humaine pour pouvoir y passer l’hiver confortablement.

Les conteurs se sont avancés et se sont mis à raconter, comme dans le bon vieux temps. Avec l’impression d’être une petite famille rassemblée au sous-sol pendant une veillée, les spectateurs et spectatrices ont ouvert leurs oreilles et la soirée a pu commencer.

Steven et Sylvain se sont mis à raconter sur la vie et la mort; ont parcouru les légendes d’autrefois et les anecdotes de fin de brosse; ont entonné des airs bien connus répétés par un public bien présent; ont partagé avec ce dernier des histoires farfelues et d’autres plus senties, décevant finalement le public en annonçant la dernière histoire.

Les paroles et la bière ont coulé à flots et certains ont pu avoir l’impression d’assister à un party de famille comme dans le bon vieux temps. Ces certains-là ne seraient pas tout à fait dans l’erreur…