par Jacques Falquet
en direct du festival La cour des contes de Plan-les-Ouates

Ce soir, je suis fébrile. C’est l’arrivée dans une ville étrangère, l’insécurité du dépaysement, l’anticipation des rencontres. Mais c’est aussi la hâte de voir enfin le spectacle Elle et mon genre, d’Alberto Garcia Sanchez, que j’ai manqué quand il l’a présenté à Sherbrooke, l’an dernier. J’admire depuis longtemps la virtuosité dramatique et gestuelle de ce conteur, et je me demande comment il va s’attaquer à un sujet aussi délicat, et aussi explosif, que la situation des femmes. Le titre, déjà, pose le paradoxe : entre rapport de séduction et rapport de force, comment un homme peut-il se positionner face à la violence que les hommes exercent contre les femmes ?

Elle et mon genre est né d’une invitation, qui ressemble à un défi, lancée au conteur par les femmes de son entourage : « Et toi, pourquoi tu ne ferais pas un spectacle sur la situation des femmes ? ». Il fallait du courage pour relever ce défi, qui inscrit le politique au cœur de l’intimité. Alberto Garcia Sanchez s’y attaque avec beaucoup de sensibilité, avec beaucoup d’humour, avec beaucoup de tendresse aussi, en faisant appel autant aux faits divers qu’à la philosophie et à la confidence. Par un délicieux tour de passe-passe, il invite les hommes de l’assistance — au grand amusement des femmes présentes — à  se mettre dans la peau de leurs compagnes. Par une question brutale, « À qui appartiennent les blessures de la femme assassinée ? », il les oblige à regarder en face le sort terrible que leur genre fait subir à l’autre moitié de l’humanité. Enfin, par le détour d’un conte, il démonte l’un des mécanismes les plus insidieux de cette oppression, le culte de la beauté. Réussir tout cela, sans jamais tomber ni dans la didactique ni dans la polémique, est un tour de force. 

Si le spectacle revient au Québec, courrez le voir! Si non, procurez-vous le livre qui en a été tiré, en communiquant avec l’auteur. Tout ce que je dirai en conclusion, c’est qu’à mes yeux, Elle et mon genre est un chef d’œuvre, c’est-à-dire une œuvre accomplie où se manifeste non seulement la maîtrise et l’imagination, mais aussi l’engagement, de son artisan. Il m’a profondément touché et n’a pas fini de me faire réfléchir.