par Christine Bolduc

Quelle belle incursion dans l’univers de ce conteur de talent et d’expérience! M. Bérubé nous a fait, avec sa grande et belle voix, prendre trois chemins. D’abord guidés par le cor français, nous nous sommes perdus en forêt avec le petit Tristan et nous avons rencontré des loups. Ensuite,  »acabri acabra », on a fait pousser, à partir d’une tête de violon, un joli violon vert. Sur le dos de ce violon, la fougère, celle qui connaît le secret du bonheur, s’était imprégnée. Et puis  »acabri acabra » une moufette et un raton sont sortis de là et ont créé tout un émoi chez ces enfants pantois! Et enfin on a pris un chemin avec un vire-vent pas ordinaire du tout. Avec l’histoire du bûcheron, on a rencontré des instruments qui parlent le langage du vent et de l’orage.

Et puis enfin, on a pris un chemin avec un violon-hockey, oui oui, vous avez bien lu! Ce M. Bérubé est un bricoleur-patenteux hors-pair. Grâce à ce violon-hockey nous avons fait une incursion dans l’enfance d’une légende du sport, Maurice Richard.

Tout au long de ce spectacle, les enfants ont ri, écouté avec des yeux grands comme des trente sous, se sont émerveillés, ont essayé les instruments, formé même un orchestre. Ma fille de 7 ans qui a de la difficulté à rester assise plus de 10 minutes a été sage comme une image; mon préado de 12 ans qui critique tout a, et je cite  »tout aimé! Adoré c’était super! Quel bon conteur! » Bref, une belle matinée, une belle expérience.

Merci Jocelyn Bérubé.