par France Bergeron
photo: Maïa Pons-van Dijk

Une femme de 68 ans.
Nadia, 41 ans.
Une grand-mère, furieuse.
La mère nourricière.
Asma, 33 ans, révolutionnaire.
Une jeune femme.
Yousra.
Samira Ibrahim.
Marie, la copte chrétienne.

Elles sont toutes passées par la place Tahrir entre le 25 janvier et le 11 février 2011. Et elles témoignent. Le récit de Jihad Darwiche laisse parler ces femmes qui sont passées de la peur à l’espoir, le temps d’une révolution.

J’avais l’habitude de me laisser transporter avec grand plaisir par les contes merveilleux de ce porteur de paroles millénaires. Cette fois, c’est scotchée à ma chaise que je me suis laissée bouleverser par mes sœurs, mes mères, mes filles, qui ont su affronter leurs peurs et braver la dictature et ses bras armés. Je suis restée ancrée en moi, le cœur gonflé de gratitude envers ces femmes qui ont apprivoisé la liberté.

Ces histoires sont aussi millénaires que celles des Mille et une nuits, mais elles ont rarement été racontées dans les contes, mythes et légendes. Le monde du conte s’en trouvera changé et la révolution va continuer.

Merci à Jihad Darwiche d’avoir partagé ces récits.